Réhabilitation d'une maison de ville au Bouscat - en cours

Projet de réhabilitation d'une maison de ville au Parc Bordelais. L'enjeu du projet consistait à établir un nouveau dialogue entre l'intérieur et l'extérieur notamment par la mise en place de menuiseries en acier sur jardin. Les espaces bénéficient donc d'un traitement minimaliste et contemporain côté jardin: couleurs neutres, sol béton ciré, cuisine en verre blanc. A l'inverse, le séjour et les chambres ont été réhabilités en respectant les prestations anciennes existantes. Ce projet s'accompagne de la réfection de l'ensemble des réseaux, de l'ensemble des pièces d'eau et encore de la réalisation d'une grille et portail acier sur rue.




Médiathèque Albert Camus à Carnoux - Fernandez & Serres




A Carnoux en Provence, j'ai eu la surprise de croiser un bijou d'architecture de béton blanc, la médiathèque Albert Camus conçue par les architectes Fernandez et Serres. Perdue au milieu d'une zone pavillonnaire sans grand intérêt, cette architecture tranche radicalement avec le paysage. A moins que ce ne soit elle qui crée un nouveau paysage...
Toujours est-il qu'il s'agit là d'un authentique acte d'architecture dont l'obtention du permis de construire n'a pas du être chose aisée. (Faire accepter une certaine variété architecturale aux élus est d'ailleurs une notion assez impénétrable pour moi).

L'environnement urbain, peu attrayant sert ici justement l'argumentation de cette volumétrie opaque, un brun minimaliste et concentrée sur elle-même. Certes, les architectes vous diront sans doute qu'ils ont cherché avant tout à faire écho à la géographie du lieu. Ils préciseront notamment qu'ils ont cherché à faire référence à la carrière de pierre existante à proximité, mais on ne me la fait pas! Ils ont du surtout prendre du plaisir à se libérer de cet environnement de rond point et de pavillons provençaux pour dessiner un séduisant projet.
Ainsi décomplexés, voir indisciplinés, ils n'offrent au passant que d'intrigants murs épais en béton blanc, mais le visiteur comme le flâneur seront quand à eux récompensés. (soit dit en passant, un bon architecte saura reconnaitre la qualité d'un tel béton aux éclats de Mica...).
Ainsi, profitant de la déclivité du terrain, ils nous proposent tout d'abord de descendre une longue rampe jusqu'à un jardin intérieur d'une grande quiétude, dans lequel repose un très respectable pin parasol. S'offre alors au curieux la vision d'un grand bandeau de verre clair supportant toute la masse du bâtiment. Cette véritable mise en scène de la salle de lecture nous pousse à en voir davantage... Pénétrant par l'unique porte en bois massif, on découvre l'espace de lecture. Au centre, rayonnages et tables de lecture profitent d'une double hauteur sous plafond; côté baie vitrée, un espace de lecture plus intime profite de la vue sur jardin. Ses deux ambiances bien distinctes fonctionnent bien, même si je trouve que le traitement de l'intérieur et de l'ensemble des éléments de mobilier, dans cette couleur de blanc immaculé manque quelque peu de fantaisie. J'irai même jusqu'à dire qu'un dessin de mobilier en bois naturel, type contreplaqué d'iroko verni aurait pu fonctionner ici.
Pour finir la visite, en glissant davantage dans le cœur du bâtiment, le patio poursuit la mélodie, avec son déroulé d'espaces au nom savants (heure du conte, espace d'exposition, espace de musique) dont je ne peux qu'admirer la composition, même si je trouve l'espace un peu "fesse-mathieu", n'en déplaise à la comptabilité du maître d'ouvrage.